1. Le réveil difficile

Comme tous les matins depuis des semaines voire des mois, votre réveil sonne: pour votre plus grand désespoir. Vous avez peut-être très bien dormi, mais l’envie de vous lever ne se fait plus ressentir depuis longtemps. Le nombre d’heures de sommeil n’est pas en cause.

Même en choisissant une douce mélodie pour vous sortir des bras de Morphée, rien y fait. Vous avez tendance à éteindre votre réveil et vous rendormir encore 15 ou 30 minutes. Dès qu’il sonne à nouveau, vous tentez de vous lever avec la plus grande force mais traînez le pied jusqu’à la salle de bain.

2. La mauvaise mine

Chaque matin, vous vous réveillez avec un teint pâle. Vos cernes sont creusées. Dans le miroir, vous remarquez tous les jours cette mine translucide que vous portez depuis des semaines. Malgré les crèmes et fonds de teint, difficile de dissimuler votre mauvaise mine.

Votre besoin de repos, de vacances et de soleil se fait grandement ressentir. Vous avez oublié la sensation du soleil sur votre peau, puisque vous passez votre temps au bureau et devant votre ordinateur. Cette mauvaise mine impacte sur votre moral. Elle vous pousse à être de mauvaise humeur, souvent sur les nerfs et à fleur de peau.

3. L’absence de motivation

A la maison et particulièrement au travail, votre seule envie: ne rien faire! Rien, strictement rien, à part vous évader dans vos pensées et pourquoi pas à l’autre bout du monde. Votre rêve? Lézarder sur une plage de sable blanc en sirotant un cocktail exotique.

Vous manquez de motivation mais aussi de concentration. Chaque tâche au bureau vous demande le plus grand silence pour pouvoir être accomplie correctement. A la maison, le dîner se résume à du snacking. Préparer de bons plats vous demande des efforts sur-humains. Si vous aimez vraiment cuisiner, vous privilégiez les épices pour un petit semblant d’exotisme.

4. Le manque d’idées et de goût

Vos idées frisaient le génie, votre motivation était hors du commun. Vous écoutiez des tubes légendaires chaque matin sur le chemin du bureau, les classiques de la motivation matinale. Aujourd’hui, vous n’avez plus d’idée, ni au travail ni à la maison.

Un dossier important vous donne la simple envie de le refermer. Vous ne savez plus quoi manger ni quoi acheter, les rayons de supermarchés vous paraissent semblables. Vos goûts musicaux tendent vers les tubes tropicaux ou au contraire, à des rythmes lents qui ne vous stressent pas? Réagissez dès maintenant, le besoin de vacances se fait vraiment ressentir.

5. Le surmenage

Le surmenage fait partie intégrante de votre quotidien. Vous n’avez plus une minute à vous, où que vous soyez. Au bureau, vous avez l’impression d’être littéralement débordé(e). Votre manque de concentration vous empêche d’accomplir toutes vos missions.

Vous oubliez parfois un rendez-vous, un dossier urgent, vous ne savez plus où donner la tête. Dans votre vie privée, vous passez à côté de vos activités favorites, vos sorties entre amis ou repas de famille. Vous avez l’impression de manquer de temps à chaque instant. Au travail, cette impression de surmenage engendre un stress permanent qui vous gâche la vie.

6. A fleur de peau

De mauvaise humeur, fatigué(e), irascible,…: tel est votre quotidien quand vous avez vraiment besoin de vacances. Votre sensibilité est en exergue. La moindre remarque, peu importe la forme employée, vous met dans un état d’énervement, d’irritabilité.

Une simple erreur d’inattention soulignée par votre collègue ou supérieur devient un immense problème. Bien plus qu’une faute, elle devient la cause d’une sorte de désespoir. Vous baissez les bras, pensez que vous n’êtes qu’un(e) incapable. A la maison, les réactions sont les mêmes. Un détail remarqué par votre conjoint(e) vous met dans un état catastrophé, à la limite des pleurs.

7. Les microbes

Tous les microbes dans l’air sont pour vous! Forcément, vous représentez le terrain préféré de toutes les petites maladies d’automne et d’hiver. Grippe, bronchite, gastro-entérite, rhume: tout y passe. Et pour cause, votre corps est bien plus vulnérable qu’en temps normal.

La fatigue, le stress, le manque de sommeil, la mauvaise alimentation sont des facteurs aggravants. Vous êtes malade en permanence, même une fois avoir été guéri(e). Un microbe fragilise votre corps et favorise d’autant plus l’apparition d’autres maladies. Tout ce qui passe dans l’air est pour vous, surtout si les températures fraîches ou les épidémies sont d’actualité.

8. La fatigue

La fatigue est le maître mot d’un grand besoin de vacances. Vous traînez les pieds, tout déplacement devient une épreuve. Quoi que vous fassiez, vous êtes épuisé(e), exténué(e),… Votre médecin vous prescrit des vitamines, vous mangez et dormez bien, malgré tout vous êtes fatigué(e).

Les activités sportives ont été mises de côté, tout comme les autres qui avant étaient nécessaires pour accomplir une bonne semaine. Les sorties sont abandonnées au profit d’une bonne dose de détente sous la couette. Hormis cela, vous êtes encore et toujours fatigué(e)? Les vacances sont indispensables pour retrouver votre forme et votre tonus.

9. Le travail omniprésent

A l’extérieur, dans un magasin, un café, un restaurant ou à la maison, dans la cuisine, la salle de bain ou au lit: vous êtes connecté(e) partout et tout le temps. Impossible de ne pas consulter vos e-mails professionnels. Le travail est devenu toute votre vie.

Même si parfois vous rêvez de jeter votre téléphone à travers la fenêtre, il est pourtant votre outil précieux en dehors du bureau. Sa sonnerie vous stresse, mais vous continuez à travailler même une fois sorti(e). Vous êtes ultra-connecté(e): smartphone, tablette et pc sont vos meilleurs amis dans votre vie quotidienne.

10. La remise en question

Le stress engendré par un grand besoin de vacances influe sur la qualité du travail. A force, les relations avec les collègues et supérieurs deviennent conflictuelles. Tous ces facteurs vous conduisent à vous poser de sérieuses questions sur vos capacités, votre parcours professionnel.

De là, vous vous demandez si vos compétences sont à la hauteur de votre poste, si votre choix de carrière est le bon. Tout ceci peut même vous emmener à démissionner, sans même avoir pris le recul nécessaire. Si vous sentez vraiment une incapacité à continuer, prenez alors des vacances et faites le point à votre retour.

11. La jalousie

Lorsque vous avez du temps libre, vous surfez sur les réseaux sociaux. Et là, c’est le drame! Vos amis sont en vacances, pendant que vous êtes au bureau, démotivé(e), fatigué(e), débordé(e) de travail. Alors que vous pourriez être ravi(e) que vos copains et copines profitent de plages magnifiques, vous en êtes jaloux.

Vous détestez l’idée que les vôtres prennent plaisir à passer de belles vacances. C’est ici que l’on aperçoit VOTRE grand besoin de vacances. Les cocotiers, la mer, la farniente de vos amis vous rend haineux(se). Vous en êtes littéralement jaloux derrière votre écran.

12. L’envie d’évasion

Quoi de plus agréable que de contempler les offres de séjours? Depuis votre bureau ou à la maison, quelques minutes de répit vous laissent le temps de visiter les sites de voyages. Vous vous abandonnez à cette occupation durant quelques minutes, le temps de rêver de vos prochaines vacances.

Votre seule envie? Faire vos valises et prendre le premier avion pour le bout du monde, peu importe où il attérit, pourvu que ce soit en dehors de votre cadre de travail. Vous devenez presque accro aux sites de comparaison de vols, de séjours à prix cassés. N’attendez plus pour réserver!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici